Nouvelles : Stéphanie Boulay se dénude presque en entier pour livrer un touchant témoignage sur l'acceptation de son corps

Stéphanie Boulay se dénude presque en entier pour livrer un touchant témoignage sur l'acceptation de son corps

Une histoire magnifique!

Publié le par Monde de Stars dans Nouvelles
Partager sur Facebook
42 42 Partages

Stéphanie Boulay a beau être une artiste populaire, elle n'a pas toujours eu la vie facile en ce qui concerne sa relation avec son corps. Au cours des dernières années, elle est devenue une personnalité publique, d'abord grâce au duo Les Soeurs Boulay qu'elle forme avec sa soeur Mélanie, puis grâce à son travail d'auteure, elle qui a notamment pondu l'excellent livre À l'abri des hommes et des choses.

Mais se retrouver devant les caméras, sous les projecteurs et sur les tapis rouges, ce n'est pas évident. Surtout lorsque l'on n'est pas 100% à l'aise avec son apparence, son corps et ce que l'on dégage comme image.

Dans un entretien très intime qu'elle a accordé au The Womanhood Project, celle qui est connue comme la moitié blonde des Soeurs Boulay, raconte comment sa vie a changé lorsqu'elle a croisé, par hasard à Miami, une femme à la silhouette identique à la sienne qui s'assumait pleinement et qui était magnifique dans son imperfection.

«C’était la première fois que ça m’arrivait : j’ai un corps de grosseur moyenne, mais aux formes un peu étranges; des problèmes de circulation sanguine et de rétention d’eau donnent à mes jambes un aspect gonflé, légèrement informe, et violacé par endroits. J’ai toujours eu honte de mes jambes, de mon corps en général, que j’ai souvent souhaité cacher. Et ce, même si je n’ai jamais eu de problème à plaire ou à entrer dans un certain standard social.

Cette fille qui marchait là était superbe. Elle portait des vêtements courts et s’assumait complètement. Et elle était comme moi, pourtant.

Ça a changé ma vie.»

La musicienne a eu envie de partager son histoire pour raconter comme le fait de devenir une personnalité publique a changé sa perception d'elle-même et pour tenter de changer la vie d'autres femmes qui pourraient se sentir comme elle.

«En devenant un peu une « personnalité publique », j’ai commencé à me voir en photos, à la télé. En se faisant à ce point mettre son image en pleine face, on change. J’ai changé. Pas nécessairement pour le mieux. Ayant souffert de troubles alimentaires à l’adolescence, mon obsession pour mon poids a pris, au fil des années, plus ou moins d’importance selon la période, selon le stress ou les réussites et échecs, selon la qualité de mes relations amoureuses. Mon corps a fait du yoyo plus que jamais, depuis qu’il est davantage exposé au monde. Toujours, dans ma tête : la crainte des repas, la tentation des friandises, la privation ou la compulsion. J’arrive à dompter la bête par moments, en faisant du sport régulièrement, en essayant de m’occuper de moi. Je n’y arrive pas toujours.

En devenant un peu une «personnalité publique », j’ai aussi commencé, malgré moi, à me comparer aux autres personnalités publiques. Dans les magazines, à la télé. Presque toujours : la « perfection ». La minceur, plus que moins. La retouche, le maquillage, la chirurgie esthétique et les injections, la forme physique, les beaux vêtements. La jeunesse éternelle. J’y ai goûté, moi aussi, aux beaux clichés, aux vêtements de gala, au Photoshop (même parfois contre mon gré). Je me suis vue sous mes meilleurs angles. Pourtant, toujours en moi, cette impression de n’être pas « assez », en comparaison avec mes pair.e.s. Ce qui m’a amenée à me demander : et alors, comment se sentent monsieur et madame tout le monde par rapport à leur image, ceux et celles qui n’ont pas accès à des maquilleurs, à des coiffeurs, à des stylistes, des éclairages avantageux et des logiciels? Probablement comme je me sens moi : différent.e.s, au mieux, inadéquat.e.s, au pire.»

Elle termine avec cette réflexion qu'on trouve vraiment parfaite:

«Si cette fille, cette inconnue, aperçue quelques secondes dans les rues de Miami, a pu changer ma perception de mon propre corps pour le mieux, alors je peux peut-être le faire moi aussi, ne serait-ce que pour une seule personne.»

Voici certaines des photos du shooting. C'est vraiment un projet superbe. Bravo!

Partager sur Facebook
42 42 Partages

Source: The Womanhood Project
Crédit Photo: The Womanhood Project